Denis Laverdet

Pendant 15 ans, Denis Laverdet travaille dans l’industrie automobile. Il occupe des postes à responsabilités en logistique, production et contrôle qualité. Mais un jour, il décide de tout plaquer, salaire et statut.

« J’avais envie d’entreprendre et de travailler pour moi », se souvient-il. Alors quand il entend dire que le patron de la Menuiserie de Neuville part à la retraite, il saute sur l’occasion. « Je n’ai aucune formation de menuisier mais le bois est une matière que j’adore alors je me suis dit que c’était une jolie coïncidence. »

Pour mettre au point ce plancher, la Menuiserie de Neuville a pu s’appuyer sur la Chambre de métiers et de l’artisanat. « Grâce à la CMA, j’ai pu suivre une formation sur la partie marketing, notamment en ce qui concerne la création de la marque Fannsed. J’ai aussi bénéficié d’un accompagnement pour l’achat du logiciel. »

Et, prochainement, Denis Laverdet compte bien faire appel à nouveau à la CMA. « Je vais très probablement recruter un apprenti à la rentrée prochaine. Je sais que la Chambre va pouvoir m’accompagner à ce niveau-là. Jusqu’à présent, nous étions nous-même en phase de développement alors je considérais que ce n’était pas le bon moment. Mais maintenant que l’entreprise est solide, il me paraît essentiel de pouvoir former des jeunes, de leur transmettre notre savoir-faire, et de pouvoir les recruter à la fin de leurs études. »